Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 janvier 2015

L'éducation, arme d'instruction massive

voeux 2015, femmes, éducation, solidaritéSouhaiter une bonne année n’a jamais été aussi difficile, tant les récents évènements viennent la ternir. Peut-on se réjouir de voir un tel élan de solidarité d’une France toute entière qui se lève comme un seul homme, quand tant de conflits de part le monde s’enchaînent dans un parfait silence ? Pourquoi cet évènement – et pas un autre – nous a tant choqués ? Restons-nous donc de marbre face aux massacres perpétués, parce qu’ils se déroulent hors de nos frontières ? 132 enfants ont été massacrés par des Talibans au Pakistan à la mi-décembre, nos cœurs se seraient-ils durcis au point de plus être capables de nous en émouvoir ?

L’heure est à la réflexion – pas une simple réflexion sur des enjeux sécuritaires ou identitaires. Non, il est grand temps de questionner nos comportements et nos aspirations. A quel moment prenons-nous la peine de nous révolter face aux tragédies humaines ? Quel(s) paramètre(s) positionnons-nous en haut de l’échelle pour déclencher notre colère et notre envie d’agir ? Quel est donc le point de bascule ?

Au fond, si nous sommes capables de rester si souvent stoïques face aux drames et à la douleur touchant notre propre espèce, comment attendre des Hommes qu’ils se mobilisent pour la planète qui nous héberge ? A vous tous qui êtes acteurs du développement durable, combien de fois aurions-nous pu scander JeSuisLaTerre ?

La jeune pakistanaise Malala Yousafzai, prix Nobel de la paix en 2014, tenait ce discours à l’ONU en 2013 "prenons nos livres et nos stylos. Ce sont nos armes les plus puissantes. Un enfant, un enseignant, un stylo et un livre peuvent changer le monde. L'éducation est la seule solution". Cette soif d’éducation a failli la tuer, victime d’une tentative d’assassinat des Talibans qui avaient ordonné de fermer toutes les écoles après la prise de la vallée de Swat en 2009, tandis que Malala appelait sans détour à ce que les filles puissent se rendre à l'école.

Prendre un crayon pour changer le monde ? Finalement c’est peut-être cela le point de bascule, où il a fallu la mort de caricaturistes pour conduire 4 millions de citoyens à descendre dans la rue sous l’indignation internationale.

Mais si les amalgames, les aveuglements et les idéologies sont combattus par l’éducation, nombreux sont ceux qui ont tout intérêt à laisser l’Humanité dans son ignorance, qu’il s’agisse de fanatiques religieux, de dictateurs ou de grands acteurs de la finance mondiale, à l’origine de tant de déséquilibres.

Plus que jamais, nous avons besoin d’informer, de transmettre les expertises et les savoir-faire pour éveiller les consciences et faire de cette éducation l’étendard de notre salut humain. Nous avons aussi besoin d’unir nos efforts, pas seulement pour gagner en efficacité, mais également pour se sentir moins seuls.

C’est l’essence même de notre réseau, l’énergie qui nous anime. Et c’est reparti pour un an. Au nom de toute l’équipe FDD, soyez les bienvenus.

Bien à vous,

Alric Baral

femmes,éducation,solidarité, arme

Commentaires

Merci

Écrit par : Annie | 13 janvier 2015

Les commentaires sont fermés.